Kyoto, 1995… quartier Shishigatani,

Dans la pénombre d’une fraiche soirée d’automne au détour d’une ruelle, je découvre la beauté du jardin japonais. Quelques rochers, de la mousse, une lanterne...  Au cœur de la ville un jardin miniature, nature sublimée par la main de l’homme. L’Univers niché dans quelques mètres carrés…

Plasticien jardiniste, je n’ai alors de cesse depuis  près d’un quart de siècle de retrouver cette émotion au travers de mes créations. D’abord naturelles, elles s’allègent peu à peu grâce à l’emploi de matériaux composites en  jardins de poche (tsubo niwa), panneaux muraux, fenêtres d’éveil (satori no mado)…

Nourris du Zen, entre réalité et illusion…

ENZO                                      

montage acc